Mort de George Floyd : le racisme bat son plein aux États-Unis en 2020

L’année 2020 marque le paroxysme de la haine et des malversations gratuites faites aux « Noirs » vivants aux États-Unis. C’est dans d’atroces souffrances et dans des cris inhumains que George FLOYD rend l’âme, étouffé sous les genoux d’un policier « Blanc ». Son seul péché est d’avoir été un Afro-Américain. Les autorités américaines restent indifférentes face à cette horreur et tendent à réprimer le cri de détresse de cette population, entièrement mise à part.

Un ticket gratuit pour la mort

Le 25 mai 2020 est désormais marqué dans l’histoire du peuple afro-américain, comme une date sombre. En effet, c’est ce jour qu’a choisi Derek CHAUVIN, policier de Minneapolis qui a à son actif plus d’une dizaine de plaintes professionnelles, pour étouffer de son genou, pendant neuf longues minutes sa victime. En dépit des supplications de la victime qui criait sans succès ne plus pouvoir respirer, l’officier public a fait mine de ne rien entendre, jusqu’à ce que la mort prenne avec elle ce pauvre homme.

Silence radio et menace des autorités

Au lendemain de ce meurtre qui a fait déborder le vase, la population afro-américaine lève la voix comme un seul homme dans presque tous les cinquante États des États-Unis, pour protester contre les violences policières. En effet, la violence, l’injustice et la mort ont atteint leur pic dans les rangs de ce peuple longtemps marginalisé.
Le silence, des autorités encourage les populations à marcher, et à montrer leur désarroi de la manière la plus brutale possible. Le président américain n’a pas hésité à faire intervenir l’armée, pour disperser un peuple qui a soif d’un peu de justice.
Les populations victimes de ces crimes entendent mieux s’organiser pour éviter et lutter tant d’injustices à leur égard pour la seule raison de leur couleur de peau.